• JC

INDEMNISATION DES DÉGÂTS DE GIBIER



La crise sanitaire sans précédent que notre pays traverse appelle une mobilisation sur tous les fronts. Pour de nombreux sujets, les décisions ne sauraient être différées et les mesures prises doivent être immédiates. Ainsi, plusieurs maires et les représentants syndicaux des diverses filières agricoles m'ont fait remonter une préoccupation relative à l'indemnisation des dégâts de gibiers. Ceux-ci ont été très importants sur nos territoires, durant l'hiver 2019/2020 et en ce début de printemps. La gravité de la situation avait conduit la Direction Départementale des Territoires du Haut-Rhin à convoquer en urgence des réunions tripartites (Communes/ Agriculteurs/ Chasseurs), visant à apporter des solutions concrètes en l'espèce (estimations/indemnisations). Celles-ci ont été suspendues, suite au confinement. Les agriculteurs se sont alors trouvés confrontés au dilemme suivant: remettre sans délais en état leurs prairies pour préserver la production estivale, sans être indemnisés par le FIDS; ou attendre le passage des estimateurs, au risque d'hypothéquer leur activité future. Dans le cadre d'une réunion en visioconférence courant avril, j'ai saisi le Préfet de ce dossier, en insistant sur l'urgence de la situation et en relevant la prise de décisions dans le Bas-Rhin, en faveur de l'installation de clôtures électriques et de tirs des sangliers. M le Préfet du Haut-Rhin est demeuré réticent pour autoriser ces tirs et les déplacements des estimateurs, soucieux du respect d'un confinement strict, comme pour l'ensemble des citoyens. J'ai insisté sur la nécessité d'adopter ces mesures, en veillant au respect des règles sanitaires fondamentales (chasse isolée, tirs de nuit). Le Préfet a fini par accéder à cette requête, en laissant par ailleurs aux estimateurs le libre choix de se rendre sur le terrain. Les maires vont donc être mis à contribution pour l'organisation de ces réunions, en présence des propriétaires, des chasseurs et de l'estimateur, ce dernier pouvant être remplacé, en cas de défection, par un confrère, qui ne serait pas le référent du secteur.

3 vues
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Icône sociale