LA CRISE UKRAINIENNE PLONGE L'EUROPE & L'OCCIDENT DANS UNE PERIODE D'INCERTITUDES

Les premiers bombardements russes ont éclaté ce 24 février sur l’ensemble du sol ukrainien et une invasion terrestre a été lancée à partir des républiques autoproclamées de Donetsk et de Louhansk dans le Donbass.

En dépit d’efforts diplomatiques intenses et sans doute trop tardifs de la part des Occidentaux et de la France, le Kremlin a donc choisi l’option militaire. Celle-ci plonge le cœur de l’Europe dans une guerre, dont il est évidemment trop tôt pour prévoir la durée et l’ampleur.

Comme dans tout conflit armé, les conséquences seront d’abord humaines, avec les victimes civiles et militaires sur les zones de combat. L’ensemble des alliés de l’Ukraine ont affirmé leur solidarité et leur soutien à la population. L’Europe doit évidemment se préparer à mettre en place une aide humanitaire rapide et massive et à anticiper la gestion des flux de réfugiés, qui ne manqueront pas de se former à courte échéance.

Le Gouvernement ukrainien, élu démocratiquement en 2014, doit également être soutenu, face à une remise en cause de la souveraineté même de son territoire et du droit international, à travers les accords de Minsk. Cependant, pour éviter tout risque de propagation du conflit et d’embrasement, une intervention militaire directe des alliés n’est pas envisageable. Les premières sanctions économiques graduées des Etats-Unis et de l’Europe en appellent d’autres contre la Fédération de Russie, beaucoup plus puissantes et dissuasives.

Face à cette agression territoriale de l’Ukraine, pour des motifs affichés totalement fallacieux, la communauté internationale, dans sa très grande majorité, se doit d’afficher son unité et de faire peser sur la Russie une pression de tous les instants, visant à la faire reculer. Ce bras de fer qui s’engage constitue indéniablement un rendez-vous important pour l’Histoire.

L’Occident, l’Europe, ont un rôle majeur à jouer dans ce conflit. La France également et pour cette dernière, il ne faudrait surtout pas que le conflit en Ukraine soit l’occasion pour certains d’instrumentaliser la crise dans la campagne présidentielle en cours.



Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square