QUESTION SUR LA STRATEGIE DE REOUVERTURE DES LIEUX DE CULTURE DANS LE CADRE DE LA PANDEMIE

Jacques CATTIN a interrogé le 3 mai 2021 Mme la Ministre de la Culture, Roseline BACHELOT, sur la stratégie de réouverture des lieux de culture dans le cadre de la pandémie de COVID 19, plus précisément dans le cas des music-halls, à l'arrêt depuis plus d'un an, et la possibilité d'une ouverture dans le cadre d'un protocole strict, mis en place par les exploitants et validé par le Préfet.



M. le président.

La parole est à M. Jacques Cattin.


M. Jacques Cattin (LR). Tout d’abord, nous sommes très heureux de vous revoir en pleine forme, madame la ministre.

J’appelle votre attention sur la situation des lieux de culture, particulièrement des music-halls, à l’arrêt depuis plus d’un an. Les aides du Gouvernement ont permis de soutenir ces établissements ainsi que leur personnel. Nos concitoyens, cela a déjà été souligné, aspirent à retrouver les cinémas, les théâtres, les musées et tous les autres lieux de convivialité. C’est la raison pour laquelle la réouverture de tous ces endroits constitue une priorité.

Pour que cette phase de redémarrage soit réussie, des protocoles sanitaires très stricts et détaillés doivent être élaborés pour permettre la réouverture des lieux de culture clos. À l’instar des grands établissements parisiens, j’ai la chance de compter dans ma circonscription un des rares cabarets de province, le Paradis des sources, à Soultzmatt, en Alsace – un établissement à découvrir ! En vue d’une réouverture qui respecte toutes les mesures sanitaires de nature à garantir la sécurité du public, des artistes et du personnel, cet établissement a élaboré un cahier des charges, en étroite concertation avec les professionnels de l’événementiel et de la santé. Il repose sur une désinfection méticuleuse et systématique de la salle de spectacle. Une adaptation du rythme est également prévue, la fréquence des représentations devant être espacée et le nombre de séance limité à un par soir. Les personnels devront être systématiquement dépistés, par des tests salivaires régulièrement confirmés par un test PCR. Les modalités d’accès au spectacle – billetterie et réservations en ligne – sont précisément définies. Le public fera l’objet de tests systématiques : pour les personnes vaccinées, un test PCR négatif datant de moins de vingt-quatre heures sera requis pour accéder au spectacle, tandis que, pour les autres, ce test sera doublé d’un test antigénique sur place. Les accès seront filtrés et les distanciations sociales respectées aux abords et à l’intérieur de l’établissement. Vous verrez là une démonstration de la rigueur alsacienne.


M. le président. Veuillez conclure, monsieur le député.


M. Jacques Cattin. Les sens de circulation seront définis, le port du masque sera requis et l’administration de gel hydroalcoolique sera obligatoire. Les services de boutique et de vestiaire seront suspendus et les entractes supprimés. Le placement des spectateurs sera systématique et les services de collation et de restauration seront strictement encadrés.


M. le président. Merci, monsieur Cattin.


M. Jacques Cattin. Au vu des spécificités d’un cabaret, et sous réserve du respect des mesures énoncées préalablement, un tel dispositif peut-il être validé par le préfet concerné sur présentation d’une demande d’ouverture par l’établissement ?


M. le président. Merci, monsieur le député.


M. Jacques Cattin. C’est avec plaisir que le propriétaire des lieux, M. Christophe Gonnet, son équipe et moi-même vous recevrons afin que vous puissiez constater le respect de ces mesures !


M. le président. Nous avons bien entendu votre invitation, monsieur Cattin. Nous viendrons tous ! (Rires.) La parole est à Mme la ministre.


Mme Roselyne Bachelot, ministre. Je salue la rigueur alsacienne,…


M. Bruno Studer, président de la commission des affaires culturelles et de l’éducation. Très bien !


Mme Roselyne Bachelot, ministre. …mais aussi l’humour, la bienveillance et la convivialité des lieux de culture alsaciens. Vous avez raison de souligner que les cabarets et music-halls font partie intégrante du monde de la culture : il est très important de le rappeler, car certains le contestent parfois. Le spectacle vivant inclut pourtant bien la musique actuelle, la musique classique, les opéras, les théâtres, le cirque, le spectacle de rue et les cabarets. Effectivement, ce secteur est peut-être, de tout le spectacle vivant, celui qui est le plus affecté par la crise, car aussi bien les music-halls que les cabarets dépendent de la restauration. Ils sont soumis à une double contrainte : celle qui s’impose aux lieux de culture et aux spectacles, et le fait que le public mange en regardant le spectacle. Chacun comprend bien combien il est difficile de gérer ces deux aspects et de respecter cette double série de normes.

Je tiens à souligner que ces acteurs ont été pris en charge par le ministère de la culture et que ce secteur est sans doute celui qui émarge le plus aux fonds d’aides disponibles. Il a été accompagné. Vous pouvez le contester, mais les chiffres sont là – je les tiens à votre disposition. Vous comprendrez qu’au stade actuel de la pandémie, le virus circulant encore très activement, il est difficile d’imaginer, dès la première phase de réouverture telle que je l’ai décrite, que les cabarets et music-halls puissent rouvrir, au vu des contraintes qui sont les leurs et du mode d’exercice de leurs activités. Bien entendu, ce constat implique de continuer à les aider. Il faudra sans doute attendre un nouveau recul de la pandémie pour envisager une réouverture pleine et entière de ce type de lieux culturels.

Posts Récents
Archives