UN AN DE CRISE SANITAIRE : TOUT CA POUR CA ?



Le 17 mars 2021, notre pays fêtait un triste anniversaire, celui d’un confinement total, qui allait durer jusqu’au 11 mai. Près de deux mois de privations, de restrictions inédites des libertés, de sacrifices consentis par nos compatriotes pour faire face à une pandémie, qui nous a manifestement pris de cours et contre laquelle on ne cesse de courir depuis.

S’en sont suivies de nouvelles mesures coercitives avec le confinement « allégé » de l’automne, les couvre-feux multiples et avancés, pour finir par cette remise sous cloche de 24 millions de Français, répartis sur 19 départements, les 19 et 25 mars 2021 pour enfin l’étendre à l’ensemble du territoire et de la population depuis le 3 avril.

Ce nouveau coup d’arrêt décidé par l’exécutif pour au minimum quatre semaines, sera à l’évidence lourd de conséquences pour tout le pays. Selon les estimations du Ministre de l’Economie et des Finances, le coût de ce énième confinement s’élèvera à 1,2 milliards d’€ par mois.

Le « quoi qu’il en coûte » du Président de la République atteint, désormais, à l’évidence, des proportions extrêmement préoccupantes. Celles-ci hypothèquent la capacité de relance dans laquelle se trouvera notre pays, au sortir de la crise sanitaire.

Mais, de sortie, il n’en est hélas pour l’heure, nullement question, bien au contraire. Les perspectives d’un retour progressif à la normale s’éloignent même avec cet aveu éloquent du Chef de l’Etat, qui vient de reconnaître que c’était bien le coronavirus, le « maître du temps ».

Et pourtant, depuis la mi-novembre 2020 et l’autorisation de mise sur le marché des premiers vaccins contre la COVID-19, nous disposions d’une arme d’une réelle efficacité pour endiguer l’épidémie. Qu’en avons-nous fait en quatre mois ? Il est inutile de revenir sur ce retard à l’allumage désolant auquel on a assisté en début d’année. On a tenté de le justifier par la volonté de procéder à une campagne vaccinale différenciée, ciblant prioritairement les publics les plus fragiles. Le résultat de ce pari ? : aujourd’hui, ce sont principalement les populations entre 50 et 65 ans qui affluent dans les hôpitaux et qui congestionnent les services de réanimation principalement de l’Ile de France, à l’origine de ce nouveau tour de vis.

L’enfermement de la population s’explique, pour grande partie, par les variants, mais aussi par cette stratégie vaccinale déficiente, qui fait qu’à l’heure actuelle, à peine plus de 9% de nos concitoyens ont été vaccinés. L’évolution diamétralement inverse de la situation de pays comme les Etats-Unis, le Danemark, la Grande Bretagne ou encore Israël, qui déconfinent, peut nous laisser dubitatifs, à juste titre.

Les Français ne demeurent plus simplement lassés ou fatigués par la situation. Leur niveau d’exaspération monte à mesure que le degré d’acceptabilité des mesures de confinement s’érode. Et la crise sanitaire liée à la santé mentale dégradée de nos concitoyens n’augure rien de bon. Selon le syndicat national des psychiatres de France, les consultations ont en effet bondi de 18% en un an.

Il importe ainsi que ces nouvelles mesures de confinement soient proportionnées, territorialisées et limitées dans le temps. Il en va de la sauvegarde de notre économie, de nos relations sociales, de nos modes de vie.

A l’échelle de notre territoire, je demeure mobilisé, en bonne liaison avec les autorités préfectorales et l’Agence Régionale de Santé, pour un déploiement optimal de la stratégie vaccinale. Ainsi, après Sainte Marie-aux-Mines, de nouveaux centres de vaccinations viennent d’ouvrir à Guebwiller, Ribeauvillé, Rouffach et Munster. Je ne cesse d’intervenir auprès du Préfet, pour qu’aucun territoire de la circonscription ne soit oublié. Même si nous restons évidemment tributaires des conditions d’approvisionnements en doses de vaccins, nous devons agir résolument pour le succès de cette campagne.

Je reste par ailleurs aux côtés des personnels soignants, en première ligne, des acteurs économiques et associatifs, du monde agricole et viticole, des restaurateurs, des sociétés dans l’événementiel, le tourisme et la culture, pour les accompagner dans leurs démarches. Nous triompherons et sortirons tous ensemble de cette crise !

Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square